ne.acetonemagazine.org
Nouvelles recettes

L'inventeur du poulet du général Tso meurt à 98 ans

L'inventeur du poulet du général Tso meurt à 98 ans


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Le chef Peng Chang-kuei, mieux connu comme l'inventeur du poulet du général Tso, est décédé d'une pneumonie à l'âge de 98 ans

Wikimedia Commons

Nous devons à cet homme le délice d'un récipient à emporter gras et imbibé de sauce.

Plus tôt cette semaine, le l'inventeur du Big Mac est mort, et maintenant un autre ancêtre de la nourriture sur le pouce est décédé. Le poulet du général Tso, le plat de poulet frit sucré, a gagné encore plus de notoriété publique après la sortie du documentaire populaire de 2014, La recherche du général Tso.

Peng a déclaré dans une interview au China Times qu'il avait créé son plat très populaire en 1952 alors qu'il divertissait l'Américain Radford. Il avait déjà servi la plupart de ses plats signature et cherchait à essayer quelque chose de nouveau. Il a donc fait frire des morceaux de poulet et ajouté les assaisonnements qui ont créé la sauce gluante et sucrée que nous connaissons et que nous commandons chez Panda Express aujourd'hui. Le plat lui-même porte le nom du général Tso, un général bien connu de la ville natale de Peng dans la province du Hunan qui a aidé à réprimer la rébellion des Taiping, selon Taiwan News.

En 1973, Peng a ouvert son propre restaurant à New York - servant une cuisine chinoise du Hunan, notamment le poulet du général Tso - qui a rapidement gagné en popularité mais n'a finalement été qu'un feu de paille. L'un des clients bien connus de Peng était le secrétaire d'État Henry Kissinger. Plusieurs chefs sino-américains ont saisi le plat pour l'utiliser dans leurs propres restaurants et le reste appartient à l'histoire culinaire.

Peng est finalement retourné à Taïwan où il a créé une chaîne de restaurants qui continue de fonctionner avec succès.


Qui a inventé le poulet du général Tso : une brève histoire

Le poulet General Tso’s (prononcé [tswò]) est un plat de poulet frit sucré qui est servi dans les restaurants chinois nord-américains (on le voit également avec d'autres variantes, comme le poulet General Tse’s). Le plat porte le nom de Zuo Zongtang (également romanisé Tso Tsung-t’ang), un homme d'État et chef militaire de la dynastie Qing, bien qu'il n'y ait aucun lien avec lui ni que le plat ne soit connu dans le Hunan, la province d'origine de Zuo.[1 ]

Nom et origines
Le plat a été associé à Zuo Zongtang (Tso Tsung-t’ang) (1812-1885), un homme d'État de la dynastie Qing et chef militaire de la province du Hunan, mais Zuo n'a pas pu manger le plat ni en avoir connaissance.[2] Le plat ne se trouve ni à Changsha, la capitale de la province du Hunan, ni dans le comté de Xiangyin, où Zuo est né. De plus, les descendants de Zuo, qui vivent toujours dans le comté de Xiangyin, lorsqu'ils sont interrogés, disent qu'ils n'ont jamais entendu parler d'un tel plat.

Il y a plusieurs histoires concernant l'origine du plat. Eileen Yin-Fei Lo déclare dans son livre The Chinese Kitchen que le plat provient d'un simple plat de poulet du Hunan et que la référence à "Zongtang" n'était pas une référence au prénom de Zuo Zongtang, mais plutôt une référence au homonyme “zongtang”, qui signifie “salle de réunion ancestrale”.[4] Conformément à cette interprétation, le nom du plat se trouve parfois (mais beaucoup moins souvent) en chinois sous la forme « poulet de salle ancestrale de Zuo » (Chung tong gai est une translittération de « poulet de salle de réunion ancestrale » du cantonais Zuǒ Zōngtáng jī est le nom standard du poulet du général Tso comme translittéré du mandarin).

Le plat ou ses variantes sont connus sous un certain nombre de noms très variés, notamment :

Poulet du gouverneur Tso, poulet du général Tao, poulet du général Gao / Gau, poulet du général Mao, poulet du général Tsao, poulet du général Tong, poulet du général Tang, poulet du général Cho, général Poulet Chai, Poulet Général Joe, TSO Poulet, poulet général Ching’s, poulet général Jong’s, poulet maison ou simplement poulet général’s.

Revendication de Peng Chang-kuei
Fuchsia Dunlop[1] affirme que la recette a été inventée par le chef cuisinier du Hunan, basé à Taiwan, Peng Chang-kuei, qui avait été l'apprenti de Cao Jingchen, un grand chef chinois du début du XXe siècle. Peng était le chef de banquet du gouvernement nationaliste et a fui avec les forces du Kuomintang à Taiwan pendant la guerre civile chinoise.[5] Il y poursuit sa carrière de chef officiel jusqu'en 1973, date à laquelle il s'installe à New York pour ouvrir un restaurant. C'est là que Peng a commencé à inventer de nouveaux plats et à modifier les plats traditionnels. Un nouveau plat, le poulet du général Tso, était à l'origine préparé sans sucre et modifié par la suite pour s'adapter aux goûts des « non-hunaniens ». La popularité du plat a maintenant conduit à son adoption par des chefs et des écrivains culinaires locaux du Hunan, peut-être en guise de reconnaissance du statut unique du plat, sur lequel la réputation internationale de la cuisine du Hunan était largement basée.[1 ][3] Lorsque Peng a ouvert un restaurant dans le Hunan dans les années 1990, présentant le poulet du général Tso, le restaurant a fermé sans succès, car les habitants trouvaient le plat trop sucré.

Le restaurant Peng’s sur East 44th Street à New York affirme que c'était le premier restaurant de la ville à servir du poulet General Tso’s. Le plat (et la cuisine) étant nouveaux, Peng en a fait la spécialité de la maison malgré les ingrédients courants du plat. Un examen de Peng’s en 1977 mentionne que leur poulet “General Tso’s était un chef-d'œuvre sauté, grésillant à la fois en saveur et en température”.

Peng est décédé d'une pneumonie en novembre 2016 à l'âge de 98 ans.

Wang revendique
Les Shun Lee Palaces de New York, situés à East (155 E. 55th St.) et West (43 W. 65th St.), affirment également que c'était le premier restaurant à servir du poulet General Tso et qu'il a été inventé par un chef immigré chinois nommé TT Wang en 1972. Michael Tong, propriétaire du Shun Lee Palaces à New York, a déclaré : « Nous avons ouvert le premier restaurant du Hunan dans tout le pays, et les quatre plats que nous vous avons proposés se retrouveront sur le menu. de pratiquement tous les restaurants du Hunan en Amérique aujourd'hui. Ils ont tous copié de nous.”

Il a également été avancé que les deux histoires peuvent être quelque peu conciliées dans la mesure où la recette actuelle de poulet du général Tso - où la viande est frite croustillante - a été introduite par le chef Wang mais sous le nom de "poulet du général Ching" - un nom qui a encore des traces d'apparitions sur les menus sur Internet (l'identité de son homonyme “General Ching” n'est cependant pas claire) alors que le nom “General Tso’s chicken” peut être attribué au chef Peng, qui l'a cuisiné d'une autre façon.

Ces revendications concurrentes sont discutées dans le film documentaire de 2014 The Search for General Tso, qui retrace également comment l'histoire de l'immigration chinoise aux États-Unis est parallèle au développement d'une cuisine sino-américaine ou chinoise américaine unique.

720 Fusion Fraîche

Venez visiter 720 Fusion Fresh et découvrez toutes les saveurs de la cuisine fusion asiatique à Steamboat Springs, Colorado. Nous avons hâte de vous voir bientôt!


Qui a inventé le poulet du général Tso : une brève histoire

Le poulet General Tso’s (prononcé [tswò]) est un plat de poulet frit sucré qui est servi dans les restaurants chinois nord-américains (on le voit également avec d'autres variantes, comme le poulet General Tse’s). Le plat porte le nom de Zuo Zongtang (également romanisé Tso Tsung-t’ang), un homme d'État et chef militaire de la dynastie Qing, bien qu'il n'y ait aucun lien avec lui ni que le plat ne soit connu dans le Hunan, la province d'origine de Zuo.[1 ]

Nom et origines
Le plat a été associé à Zuo Zongtang (Tso Tsung-t’ang) (1812-1885), un homme d'État de la dynastie Qing et chef militaire de la province du Hunan, mais Zuo n'a pas pu manger le plat ni en avoir connaissance.[2] Le plat ne se trouve ni à Changsha, la capitale de la province du Hunan, ni dans le comté de Xiangyin, où Zuo est né. De plus, les descendants de Zuo, qui vivent toujours dans le comté de Xiangyin, lorsqu'ils sont interrogés, disent qu'ils n'ont jamais entendu parler d'un tel plat.

Il y a plusieurs histoires concernant l'origine du plat. Eileen Yin-Fei Lo déclare dans son livre The Chinese Kitchen que le plat provient d'un simple plat de poulet du Hunan et que la référence à "Zongtang" n'était pas une référence au prénom de Zuo Zongtang, mais plutôt une référence au homonyme “zongtang”, qui signifie “salle de réunion ancestrale”.[4] Conformément à cette interprétation, le nom du plat se trouve parfois (mais beaucoup moins souvent) en chinois sous la forme « poulet de salle ancestrale de Zuo » (Chung tong gai est une translittération de « poulet de salle de réunion ancestrale » du cantonais Zuǒ Zōngtáng jī est le nom standard du poulet du général Tso comme translittéré du mandarin).

Le plat ou ses variantes sont connus sous un certain nombre de noms très variés, notamment :

Poulet du gouverneur Tso, poulet du général Tao, poulet du général Gao / Gau, poulet du général Mao, poulet du général Tsao, poulet du général Tong, poulet du général Tang, poulet du général Cho, général Poulet Chai, Poulet Général Joe, TSO Poulet, poulet général Ching’s, poulet général Jong’s, poulet maison ou simplement poulet général’s.

Revendication de Peng Chang-kuei
Fuchsia Dunlop[1] affirme que la recette a été inventée par le chef cuisinier du Hunan, basé à Taiwan, Peng Chang-kuei, qui avait été l'apprenti de Cao Jingchen, un grand chef chinois du début du XXe siècle. Peng était le chef de banquet du gouvernement nationaliste et a fui avec les forces du Kuomintang à Taiwan pendant la guerre civile chinoise.[5] Il y poursuit sa carrière de chef officiel jusqu'en 1973, date à laquelle il s'installe à New York pour ouvrir un restaurant. C'est là que Peng a commencé à inventer de nouveaux plats et à modifier les plats traditionnels. Un nouveau plat, le poulet du général Tso, était à l'origine préparé sans sucre et modifié par la suite pour s'adapter aux goûts des « non-hunaniens ». La popularité du plat a maintenant conduit à son adoption par des chefs et des écrivains culinaires locaux du Hunan, peut-être en guise de reconnaissance du statut unique du plat, sur lequel la réputation internationale de la cuisine du Hunan était largement basée.[1 ][3] Lorsque Peng a ouvert un restaurant dans le Hunan dans les années 1990, présentant le poulet du général Tso, le restaurant a fermé sans succès, car les habitants trouvaient le plat trop sucré.

Le restaurant Peng’s sur East 44th Street à New York affirme que c'était le premier restaurant de la ville à servir du poulet General Tso’s. Le plat (et la cuisine) étant nouveaux, Peng en a fait la spécialité de la maison malgré les ingrédients courants du plat. Un examen de Peng’s en 1977 mentionne que leur poulet “General Tso’s était un chef-d'œuvre sauté, grésillant à la fois en saveur et en température”.

Peng est décédé d'une pneumonie en novembre 2016 à l'âge de 98 ans.

Wang revendique
Les Shun Lee Palaces de New York, situés à East (155 E. 55th St.) et West (43 W. 65th St.), affirment également que c'était le premier restaurant à servir du poulet General Tso et qu'il a été inventé par un chef immigré chinois nommé TT Wang en 1972. Michael Tong, propriétaire du Shun Lee Palaces à New York, a déclaré : « Nous avons ouvert le premier restaurant du Hunan dans tout le pays, et les quatre plats que nous vous avons proposés se retrouveront sur le menu. de pratiquement tous les restaurants du Hunan en Amérique aujourd'hui. Ils ont tous copié de nous.”

Il a également été avancé que les deux histoires peuvent être quelque peu conciliées dans la mesure où la recette actuelle de poulet du général Tso - où la viande est frite croustillante - a été introduite par le chef Wang mais sous le nom de "poulet du général Ching" - un nom qui a encore des traces d'apparitions sur les menus sur Internet (l'identité de son homonyme “General Ching” n'est cependant pas claire) alors que le nom “General Tso’s chicken” peut être attribué au chef Peng, qui l'a cuisiné d'une autre façon.

Ces revendications concurrentes sont discutées dans le film documentaire de 2014 The Search for General Tso, qui retrace également comment l'histoire de l'immigration chinoise aux États-Unis est parallèle au développement d'une cuisine sino-américaine ou chinoise américaine unique.

720 Fusion Fraîche

Venez visiter 720 Fusion Fresh et découvrez toutes les saveurs de la cuisine fusion asiatique à Steamboat Springs, Colorado. Nous avons hâte de vous voir bientôt!


Qui a inventé le poulet du général Tso : une brève histoire

Le poulet General Tso’s (prononcé [tswò]) est un plat de poulet frit sucré qui est servi dans les restaurants chinois nord-américains (on le voit également avec d'autres variantes, comme le poulet General Tse’s). Le plat porte le nom de Zuo Zongtang (également romanisé Tso Tsung-t’ang), un homme d'État et chef militaire de la dynastie Qing, bien qu'il n'y ait aucun lien avec lui ni que le plat ne soit connu dans le Hunan, la province d'origine de Zuo.[1 ]

Nom et origines
Le plat a été associé à Zuo Zongtang (Tso Tsung-t’ang) (1812-1885), un homme d'État de la dynastie Qing et chef militaire de la province du Hunan, mais Zuo n'a pas pu manger le plat ni en avoir connaissance.[2] Le plat ne se trouve ni à Changsha, la capitale de la province du Hunan, ni dans le comté de Xiangyin, où Zuo est né. De plus, les descendants de Zuo, qui vivent toujours dans le comté de Xiangyin, lorsqu'ils sont interrogés, disent qu'ils n'ont jamais entendu parler d'un tel plat.

Il y a plusieurs histoires concernant l'origine du plat. Eileen Yin-Fei Lo déclare dans son livre The Chinese Kitchen que le plat provient d'un simple plat de poulet du Hunan et que la référence à "Zongtang" n'était pas une référence au prénom de Zuo Zongtang, mais plutôt une référence au homonyme “zongtang”, qui signifie “salle de réunion ancestrale”.[4] Conformément à cette interprétation, le nom du plat se trouve parfois (mais beaucoup moins souvent) en chinois sous la forme « poulet de salle ancestrale de Zuo » (Chung tong gai est une translittération de « poulet de salle de réunion ancestrale » du cantonais Zuǒ Zōngtáng jī est le nom standard du poulet du général Tso comme translittéré du mandarin).

Le plat ou ses variantes sont connus sous un certain nombre de noms très variés, notamment :

Poulet du gouverneur Tso, poulet du général Tao, poulet du général Gao / Gau, poulet du général Mao, poulet du général Tsao, poulet du général Tong, poulet du général Tang, poulet du général Cho, général Poulet Chai, Poulet Général Joe, TSO Poulet, poulet général Ching’s, poulet général Jong’s, poulet maison ou simplement poulet général’s.

Revendication de Peng Chang-kuei
Fuchsia Dunlop[1] affirme que la recette a été inventée par le chef cuisinier du Hunan, basé à Taiwan, Peng Chang-kuei, qui avait été l'apprenti de Cao Jingchen, un grand chef chinois du début du XXe siècle. Peng était le chef de banquet du gouvernement nationaliste et a fui avec les forces du Kuomintang à Taiwan pendant la guerre civile chinoise.[5] Il y poursuit sa carrière de chef officiel jusqu'en 1973, date à laquelle il s'installe à New York pour ouvrir un restaurant. C'est là que Peng a commencé à inventer de nouveaux plats et à modifier les plats traditionnels. Un nouveau plat, le poulet du général Tso, était à l'origine préparé sans sucre et modifié par la suite pour s'adapter aux goûts des « non-hunaniens ». La popularité du plat a maintenant conduit à son adoption par des chefs et des écrivains culinaires locaux du Hunan, peut-être en guise de reconnaissance du statut unique du plat, sur lequel la réputation internationale de la cuisine du Hunan était largement basée.[1 ][3] Lorsque Peng a ouvert un restaurant dans le Hunan dans les années 1990, présentant le poulet du général Tso, le restaurant a fermé sans succès, car les habitants trouvaient le plat trop sucré.

Le restaurant Peng’s sur East 44th Street à New York affirme que c'était le premier restaurant de la ville à servir du poulet General Tso’s. Le plat (et la cuisine) étant nouveaux, Peng en a fait la spécialité de la maison malgré les ingrédients courants du plat. Un examen de Peng’s en 1977 mentionne que leur poulet “General Tso’s était un chef-d'œuvre sauté, grésillant à la fois en saveur et en température”.

Peng est décédé d'une pneumonie en novembre 2016 à l'âge de 98 ans.

Wang revendique
Les Shun Lee Palaces de New York, situés à East (155 E. 55th St.) et West (43 W. 65th St.), affirment également que c'était le premier restaurant à servir du poulet General Tso et qu'il a été inventé par un chef immigré chinois nommé TT Wang en 1972. Michael Tong, propriétaire du Shun Lee Palaces à New York, a déclaré : « Nous avons ouvert le premier restaurant du Hunan dans tout le pays, et les quatre plats que nous vous avons proposés se retrouveront sur le menu. de pratiquement tous les restaurants du Hunan en Amérique aujourd'hui. Ils ont tous copié de nous.”

Il a également été avancé que les deux histoires peuvent être quelque peu réconciliées dans la mesure où la recette actuelle de poulet du général Tso - où la viande est frite croustillante - a été introduite par le chef Wang mais sous le nom de "poulet du général Ching" - un nom qui a encore des traces d'apparitions sur les menus sur Internet (l'identité de son homonyme “General Ching” n'est cependant pas claire) alors que le nom “General Tso’s chicken” peut être attribué au chef Peng, qui l'a cuisiné d'une autre façon.

Ces revendications concurrentes sont discutées dans le film documentaire de 2014 The Search for General Tso, qui retrace également comment l'histoire de l'immigration chinoise aux États-Unis est parallèle au développement d'une cuisine sino-américaine ou chinoise américaine unique.

720 Fusion Fraîche

Venez visiter 720 Fusion Fresh et découvrez toutes les saveurs de la cuisine fusion asiatique à Steamboat Springs, Colorado. Nous avons hâte de vous voir bientôt!


Qui a inventé le poulet du général Tso : une brève histoire

Le poulet General Tso’s (prononcé [tswò]) est un plat de poulet frit sucré qui est servi dans les restaurants chinois nord-américains (on le voit également avec d'autres variantes, comme le poulet General Tse’s). Le plat porte le nom de Zuo Zongtang (également romanisé Tso Tsung-t’ang), un homme d'État et chef militaire de la dynastie Qing, bien qu'il n'y ait aucun lien avec lui ni que le plat ne soit connu dans le Hunan, la province d'origine de Zuo.[1 ]

Nom et origines
Le plat a été associé à Zuo Zongtang (Tso Tsung-t’ang) (1812-1885), un homme d'État de la dynastie Qing et chef militaire de la province du Hunan, mais Zuo n'a pas pu manger le plat ni en avoir connaissance.[2] Le plat ne se trouve ni à Changsha, la capitale de la province du Hunan, ni dans le comté de Xiangyin, où Zuo est né. De plus, les descendants de Zuo, qui vivent toujours dans le comté de Xiangyin, lorsqu'ils sont interrogés, disent qu'ils n'ont jamais entendu parler d'un tel plat.

Il y a plusieurs histoires concernant l'origine du plat. Eileen Yin-Fei Lo déclare dans son livre The Chinese Kitchen que le plat provient d'un simple plat de poulet du Hunan et que la référence à "Zongtang" n'était pas une référence au prénom de Zuo Zongtang, mais plutôt une référence au homonyme “zongtang”, qui signifie “salle de réunion ancestrale”.[4] Conformément à cette interprétation, le nom du plat se trouve parfois (mais beaucoup moins souvent) en chinois comme « poulet de salle ancestrale de Zuo » (Chung tong gai est une translittération de « poulet de salle de réunion ancestrale » du cantonais Zuǒ Zōngtáng jī est le nom standard du poulet du général Tso comme translittéré du mandarin).

Le plat ou ses variantes sont connus sous un certain nombre de noms très variés, notamment :

Poulet du gouverneur Tso, poulet du général Tao, poulet du général Gao / Gau, poulet du général Mao, poulet du général Tsao, poulet du général Tong, poulet du général Tang, poulet du général Cho, général Poulet Chai, poulet General Joe, TSO Poulet, poulet général Ching’s, poulet général Jong’s, poulet maison ou simplement poulet général’s.

Revendication de Peng Chang-kuei
Fuchsia Dunlop[1] affirme que la recette a été inventée par le chef cuisinier du Hunan, basé à Taiwan, Peng Chang-kuei, qui avait été l'apprenti de Cao Jingchen, un grand chef chinois du début du XXe siècle. Peng était le chef de banquet du gouvernement nationaliste et a fui avec les forces du Kuomintang à Taiwan pendant la guerre civile chinoise.[5] Là, il poursuit sa carrière de chef officiel jusqu'en 1973, date à laquelle il s'installe à New York pour ouvrir un restaurant. C'est là que Peng a commencé à inventer de nouveaux plats et à modifier les plats traditionnels. Un nouveau plat, le poulet du général Tso, a été préparé à l'origine sans sucre et modifié par la suite pour s'adapter aux goûts des « non-hunaniens ». La popularité du plat a maintenant conduit à son adoption par des chefs et des écrivains culinaires locaux du Hunan, peut-être en guise de reconnaissance du statut unique du plat, sur lequel la réputation internationale de la cuisine du Hunan était largement basée.[1 ][3] Lorsque Peng a ouvert un restaurant dans le Hunan dans les années 1990, présentant le poulet du général Tso, le restaurant a fermé sans succès, car les habitants trouvaient le plat trop sucré.

Le restaurant Peng’s sur East 44th Street à New York affirme que c'était le premier restaurant de la ville à servir du poulet General Tso’s. Le plat (et la cuisine) étant nouveaux, Peng en a fait la spécialité de la maison malgré les ingrédients courants du plat. Un examen de Peng’s en 1977 mentionne que leur poulet “General Tso’s était un chef-d'œuvre sauté, grésillant à la fois en saveur et en température”.

Peng est décédé d'une pneumonie en novembre 2016 à l'âge de 98 ans.

Wang revendique
Les Shun Lee Palaces de New York, situés à East (155 E. 55th St.) et West (43 W. 65th St.), affirment également que c'était le premier restaurant à servir du poulet General Tso et qu'il a été inventé par un chef immigré chinois nommé TT Wang en 1972. Michael Tong, propriétaire du Shun Lee Palaces à New York, a déclaré : « Nous avons ouvert le premier restaurant du Hunan dans tout le pays, et les quatre plats que nous vous avons proposés se retrouveront sur le menu. de pratiquement tous les restaurants du Hunan en Amérique aujourd'hui. Ils ont tous copié de nous.”

Il a également été avancé que les deux histoires peuvent être quelque peu conciliées dans la mesure où la recette actuelle de poulet du général Tso - où la viande est frite croustillante - a été introduite par le chef Wang mais sous le nom de "poulet du général Ching" - un nom qui a encore des traces d'apparitions sur les menus sur Internet (l'identité de son homonyme “General Ching” n'est cependant pas claire) alors que le nom “General Tso’s chicken” peut être attribué au chef Peng, qui l'a cuisiné d'une autre façon.

Ces revendications concurrentes sont discutées dans le film documentaire de 2014 The Search for General Tso, qui retrace également comment l'histoire de l'immigration chinoise aux États-Unis est parallèle au développement d'une cuisine sino-américaine ou chinoise américaine unique.

720 Fusion Fraîche

Venez visiter 720 Fusion Fresh et découvrez toutes les saveurs de la cuisine fusion asiatique à Steamboat Springs, Colorado. Nous avons hâte de vous voir bientôt!


Qui a inventé le poulet du général Tso : une brève histoire

Le poulet General Tso’s (prononcé [tswò]) est un plat de poulet frit sucré qui est servi dans les restaurants chinois nord-américains (on le voit également avec d'autres variantes, comme le poulet General Tse’s). Le plat porte le nom de Zuo Zongtang (également romanisé Tso Tsung-t’ang), un homme d'État et chef militaire de la dynastie Qing, bien qu'il n'y ait aucun lien avec lui ni que le plat ne soit connu dans le Hunan, la province d'origine de Zuo.[1 ]

Nom et origines
Le plat a été associé à Zuo Zongtang (Tso Tsung-t’ang) (1812-1885), un homme d'État de la dynastie Qing et chef militaire de la province du Hunan, mais Zuo n'a pas pu manger le plat ni en avoir connaissance.[2] Le plat ne se trouve ni à Changsha, la capitale de la province du Hunan, ni dans le comté de Xiangyin, où Zuo est né. De plus, les descendants de Zuo, qui vivent toujours dans le comté de Xiangyin, lorsqu'ils sont interrogés, disent qu'ils n'ont jamais entendu parler d'un tel plat.

Il y a plusieurs histoires concernant l'origine du plat. Eileen Yin-Fei Lo déclare dans son livre The Chinese Kitchen que le plat provient d'un simple plat de poulet du Hunan et que la référence à "Zongtang" n'était pas une référence au prénom de Zuo Zongtang, mais plutôt une référence au homonyme “zongtang”, qui signifie “salle de réunion ancestrale”.[4] Conformément à cette interprétation, le nom du plat se trouve parfois (mais beaucoup moins souvent) en chinois comme « poulet de salle ancestrale de Zuo » (Chung tong gai est une translittération de « poulet de salle de réunion ancestrale » du cantonais Zuǒ Zōngtáng jī est le nom standard du poulet du général Tso comme translittéré du mandarin).

Le plat ou ses variantes sont connus sous un certain nombre de noms très variés, notamment :

Poulet du gouverneur Tso, poulet du général Tao, poulet du général Gao / Gau, poulet du général Mao, poulet du général Tsao, poulet du général Tong, poulet du général Tang, poulet du général Cho, général Poulet Chai, Poulet Général Joe, TSO Poulet, poulet général Ching’s, poulet général Jong’s, poulet maison ou simplement poulet général’s.

Revendication de Peng Chang-kuei
Fuchsia Dunlop[1] affirme que la recette a été inventée par le chef cuisinier du Hunan, basé à Taiwan, Peng Chang-kuei, qui avait été l'apprenti de Cao Jingchen, un grand chef chinois du début du XXe siècle. Peng était le chef de banquet du gouvernement nationaliste et a fui avec les forces du Kuomintang à Taiwan pendant la guerre civile chinoise.[5] Il y poursuit sa carrière de chef officiel jusqu'en 1973, date à laquelle il s'installe à New York pour ouvrir un restaurant. C'est là que Peng a commencé à inventer de nouveaux plats et à modifier les plats traditionnels. Un nouveau plat, le poulet du général Tso, a été préparé à l'origine sans sucre et modifié par la suite pour s'adapter aux goûts des « non-hunaniens ». La popularité du plat a maintenant conduit à son adoption par des chefs et des écrivains culinaires locaux du Hunan, peut-être en guise de reconnaissance du statut unique du plat, sur lequel la réputation internationale de la cuisine du Hunan était largement basée.[1 ][3] Lorsque Peng a ouvert un restaurant dans le Hunan dans les années 1990, présentant le poulet du général Tso, le restaurant a fermé sans succès, car les habitants trouvaient le plat trop sucré.

Le restaurant Peng’s sur East 44th Street à New York affirme que c'était le premier restaurant de la ville à servir du poulet General Tso’s. Le plat (et la cuisine) étant nouveaux, Peng en a fait la spécialité de la maison malgré les ingrédients courants du plat. Un examen de Peng’s en 1977 mentionne que leur poulet “General Tso’s était un chef-d'œuvre sauté, grésillant à la fois en saveur et en température”.

Peng est décédé d'une pneumonie en novembre 2016 à l'âge de 98 ans.

Wang revendique
Les Shun Lee Palaces de New York, situés à East (155 E. 55th St.) et West (43 W. 65th St.), affirment également que c'était le premier restaurant à servir du poulet General Tso et qu'il a été inventé par un chef immigré chinois nommé TT Wang en 1972. Michael Tong, propriétaire du Shun Lee Palaces à New York, a déclaré : « Nous avons ouvert le premier restaurant du Hunan dans tout le pays, et les quatre plats que nous vous avons proposés se retrouveront sur le menu. de pratiquement tous les restaurants du Hunan en Amérique aujourd'hui. Ils ont tous copié de nous.”

Il a également été avancé que les deux histoires peuvent être quelque peu conciliées dans la mesure où la recette actuelle de poulet du général Tso - où la viande est frite croustillante - a été introduite par le chef Wang mais sous le nom de "poulet du général Ching" - un nom qui a encore des traces d'apparitions sur les menus sur Internet (l'identité de son homonyme “General Ching” n'est cependant pas claire) alors que le nom “General Tso’s chicken” peut être attribué au chef Peng, qui l'a cuisiné d'une autre façon.

Ces revendications concurrentes sont discutées dans le film documentaire de 2014 The Search for General Tso, qui retrace également comment l'histoire de l'immigration chinoise aux États-Unis est parallèle au développement d'une cuisine sino-américaine ou chinoise américaine unique.

720 Fusion Fraîche

Venez visiter 720 Fusion Fresh et découvrez toutes les saveurs de la cuisine fusion asiatique à Steamboat Springs, Colorado. Nous avons hâte de vous voir bientôt!


Qui a inventé le poulet du général Tso : une brève histoire

Le poulet General Tso’s (prononcé [tswò]) est un plat de poulet frit sucré qui est servi dans les restaurants chinois nord-américains (on le voit également avec d'autres variantes, comme le poulet General Tse’s). Le plat porte le nom de Zuo Zongtang (également romanisé Tso Tsung-t’ang), un homme d'État et chef militaire de la dynastie Qing, bien qu'il n'y ait aucun lien avec lui ni que le plat ne soit connu dans le Hunan, la province d'origine de Zuo.[1 ]

Nom et origines
Le plat a été associé à Zuo Zongtang (Tso Tsung-t’ang) (1812-1885), un homme d'État de la dynastie Qing et chef militaire de la province du Hunan, mais Zuo n'a pas pu manger le plat ni en avoir connaissance.[2] Le plat ne se trouve ni à Changsha, la capitale de la province du Hunan, ni dans le comté de Xiangyin, où Zuo est né. De plus, les descendants de Zuo, qui vivent toujours dans le comté de Xiangyin, lorsqu'ils sont interrogés, disent qu'ils n'ont jamais entendu parler d'un tel plat.

Il y a plusieurs histoires concernant l'origine du plat. Eileen Yin-Fei Lo déclare dans son livre The Chinese Kitchen que le plat provient d'un simple plat de poulet du Hunan et que la référence à "Zongtang" n'était pas une référence au prénom de Zuo Zongtang, mais plutôt une référence au homonyme “zongtang”, qui signifie “salle de réunion ancestrale”.[4] Conformément à cette interprétation, le nom du plat se trouve parfois (mais beaucoup moins souvent) en chinois comme « poulet de salle ancestrale de Zuo » (Chung tong gai est une translittération de « poulet de salle de réunion ancestrale » du cantonais Zuǒ Zōngtáng jī est le nom standard du poulet du général Tso comme translittéré du mandarin).

Le plat ou ses variantes sont connus sous un certain nombre de noms très variés, notamment :

Poulet du gouverneur Tso, poulet du général Tao, poulet du général Gao / Gau, poulet du général Mao, poulet du général Tsao, poulet du général Tong, poulet du général Tang, poulet du général Cho, général Poulet Chai, poulet General Joe, TSO Chicken, General Ching’s chicken, General Jong’s Chicken, House Chicken, or simply General’s Chicken.

Peng Chang-kuei claim
Fuchsia Dunlop[1] argues that the recipe was invented by Taiwan-based Hunan cuisine chef Peng Chang-kuei, who had been an apprentice of Cao Jingchen , a leading early 20th-century Chinese chef. Peng was the Nationalist government’s banquet chef and fled with Kuomintang forces to Taiwan during the Chinese Civil War.[5] There he continued his career as official chef until 1973, when he moved to New York to open a restaurant. That was where Peng started inventing new dishes and modifying traditional ones. One new dish, General Tso’s chicken, was originally prepared without sugar and subsequently altered to suit the tastes of “non-Hunanese people”. The popularity of the dish has now led to it being “adopted” by local Hunanese chefs and food writers, perhaps as an acknowledgment of the dish’s unique status, upon which the international reputation of Hunanese cuisine was largely based.[1][3] When Peng opened a restaurant in Hunan in the 1990s introducing General Tso’s chicken, the restaurant closed without success, as the locals found the dish too sweet.

Peng’s Restaurant on East 44th Street in New York City claims that it was the first restaurant in the city to serve General Tso’s chicken. Since the dish (and cuisine) was new, Peng made it the house speciality in spite of the dish’s commonplace ingredients. A review of Peng’s in 1977 mentions that their “General Tso’s chicken was a stir-fried masterpiece, sizzling hot both in flavor and temperature”.

Peng died from pneumonia in November 2016 at 98 years old.

Wang claim
New York’s Shun Lee Palaces, located at East (155 E. 55th St.) and West (43 W. 65th St.), also claims that it was the first restaurant to serve General Tso’s chicken and that it was invented by a Chinese immigrant chef named T. T. Wang in 1972. Michael Tong, owner of New York’s Shun Lee Palaces, says “We opened the first Hunanese restaurant in the whole country, and the four dishes we offered you will see on the menu of practically every Hunanese restaurant in America today. They all copied from us.”

It has also been argued that the two stories can be somewhat reconciled in that the current General Tso’s chicken recipe — where the meat is crispy fried — was introduced by Chef Wang but as “General Ching’s chicken”, a name which still has trace appearances on menus on the Internet (the identity of its namesake “General Ching” is, however, unclear) whereas the name “General Tso’s chicken” can be traced to Chef Peng, who cooked it in a different way.

These competing claims are discussed in the 2014 documentary film The Search for General Tso, which also traces how the history of Chinese immigration into the USA parallels the development of a unique Chinese-American or American Chinese cuisine.

720 Fusion Fresh

Come visit 720 Fusion Fresh and discover all the flavors of Asian Fusion Cuisine in Steamboat Springs, Colorado. We look forward to seeing you soon!


Who Invented General Tso’s Chicken: A Brief History

General Tso’s chicken (pronounced [tswò]) is a sweet deep-fried chicken dish that is served in North American Chinese restaurants (it is also seen with other variants, such as General Tse’s chicken). The dish is named after Zuo Zongtang (also romanized Tso Tsung-t’ang), a Qing dynasty statesman and military leader, although there is no recorded connection to him nor is the dish known in Hunan, Zuo’s home province.[1]

Name and origins
The dish has been associated with Zuo Zongtang (Tso Tsung-t’ang) (1812–1885), a Qing dynasty statesman and military leader from Hunan Province, but Zuo could not have eaten the dish or known of it.[2] The dish is found neither in Changsha, the capital of Hunan Province, nor in Xiangyin County, where Zuo was born. Moreover, Zuo’s descendants, who are still living in Xiangyin County, when interviewed, say that they have never heard of such a dish.

There are several stories concerning the origin of the dish. Eileen Yin-Fei Lo states in her book The Chinese Kitchen that the dish originates from a simple Hunan chicken dish and that the reference to “Zongtang” was not a reference to Zuo Zongtang’s given name, but rather a reference to the homonym “zongtang”, meaning “ancestral meeting hall”.[4] Consistent with this interpretation, the dish name is sometimes (but considerably less commonly) found in Chinese as “Zuo ancestral hall chicken” (Chung tong gai is a transliteration of “ancestral meeting hall chicken” from Cantonese Zuǒ Zōngtáng jī is the standard name of General Tso’s chicken as transliterated from Mandarin).

The dish or its variants are known by a number of greatly variant names, including, inter alia:

Governor Tso’s chicken, General Tao’s chicken, General Gao’s / Gau’s chicken General Mao’s chicken, General Tsao’s chicken, General Tong’s chicken, General Tang’s chicken, General Cho’s chicken, General Chai’s chicken, General Joe’s Chicken, T.S.O. Chicken, General Ching’s chicken, General Jong’s Chicken, House Chicken, or simply General’s Chicken.

Peng Chang-kuei claim
Fuchsia Dunlop[1] argues that the recipe was invented by Taiwan-based Hunan cuisine chef Peng Chang-kuei, who had been an apprentice of Cao Jingchen , a leading early 20th-century Chinese chef. Peng was the Nationalist government’s banquet chef and fled with Kuomintang forces to Taiwan during the Chinese Civil War.[5] There he continued his career as official chef until 1973, when he moved to New York to open a restaurant. That was where Peng started inventing new dishes and modifying traditional ones. One new dish, General Tso’s chicken, was originally prepared without sugar and subsequently altered to suit the tastes of “non-Hunanese people”. The popularity of the dish has now led to it being “adopted” by local Hunanese chefs and food writers, perhaps as an acknowledgment of the dish’s unique status, upon which the international reputation of Hunanese cuisine was largely based.[1][3] When Peng opened a restaurant in Hunan in the 1990s introducing General Tso’s chicken, the restaurant closed without success, as the locals found the dish too sweet.

Peng’s Restaurant on East 44th Street in New York City claims that it was the first restaurant in the city to serve General Tso’s chicken. Since the dish (and cuisine) was new, Peng made it the house speciality in spite of the dish’s commonplace ingredients. A review of Peng’s in 1977 mentions that their “General Tso’s chicken was a stir-fried masterpiece, sizzling hot both in flavor and temperature”.

Peng died from pneumonia in November 2016 at 98 years old.

Wang claim
New York’s Shun Lee Palaces, located at East (155 E. 55th St.) and West (43 W. 65th St.), also claims that it was the first restaurant to serve General Tso’s chicken and that it was invented by a Chinese immigrant chef named T. T. Wang in 1972. Michael Tong, owner of New York’s Shun Lee Palaces, says “We opened the first Hunanese restaurant in the whole country, and the four dishes we offered you will see on the menu of practically every Hunanese restaurant in America today. They all copied from us.”

It has also been argued that the two stories can be somewhat reconciled in that the current General Tso’s chicken recipe — where the meat is crispy fried — was introduced by Chef Wang but as “General Ching’s chicken”, a name which still has trace appearances on menus on the Internet (the identity of its namesake “General Ching” is, however, unclear) whereas the name “General Tso’s chicken” can be traced to Chef Peng, who cooked it in a different way.

These competing claims are discussed in the 2014 documentary film The Search for General Tso, which also traces how the history of Chinese immigration into the USA parallels the development of a unique Chinese-American or American Chinese cuisine.

720 Fusion Fresh

Come visit 720 Fusion Fresh and discover all the flavors of Asian Fusion Cuisine in Steamboat Springs, Colorado. We look forward to seeing you soon!


Who Invented General Tso’s Chicken: A Brief History

General Tso’s chicken (pronounced [tswò]) is a sweet deep-fried chicken dish that is served in North American Chinese restaurants (it is also seen with other variants, such as General Tse’s chicken). The dish is named after Zuo Zongtang (also romanized Tso Tsung-t’ang), a Qing dynasty statesman and military leader, although there is no recorded connection to him nor is the dish known in Hunan, Zuo’s home province.[1]

Name and origins
The dish has been associated with Zuo Zongtang (Tso Tsung-t’ang) (1812–1885), a Qing dynasty statesman and military leader from Hunan Province, but Zuo could not have eaten the dish or known of it.[2] The dish is found neither in Changsha, the capital of Hunan Province, nor in Xiangyin County, where Zuo was born. Moreover, Zuo’s descendants, who are still living in Xiangyin County, when interviewed, say that they have never heard of such a dish.

There are several stories concerning the origin of the dish. Eileen Yin-Fei Lo states in her book The Chinese Kitchen that the dish originates from a simple Hunan chicken dish and that the reference to “Zongtang” was not a reference to Zuo Zongtang’s given name, but rather a reference to the homonym “zongtang”, meaning “ancestral meeting hall”.[4] Consistent with this interpretation, the dish name is sometimes (but considerably less commonly) found in Chinese as “Zuo ancestral hall chicken” (Chung tong gai is a transliteration of “ancestral meeting hall chicken” from Cantonese Zuǒ Zōngtáng jī is the standard name of General Tso’s chicken as transliterated from Mandarin).

The dish or its variants are known by a number of greatly variant names, including, inter alia:

Governor Tso’s chicken, General Tao’s chicken, General Gao’s / Gau’s chicken General Mao’s chicken, General Tsao’s chicken, General Tong’s chicken, General Tang’s chicken, General Cho’s chicken, General Chai’s chicken, General Joe’s Chicken, T.S.O. Chicken, General Ching’s chicken, General Jong’s Chicken, House Chicken, or simply General’s Chicken.

Peng Chang-kuei claim
Fuchsia Dunlop[1] argues that the recipe was invented by Taiwan-based Hunan cuisine chef Peng Chang-kuei, who had been an apprentice of Cao Jingchen , a leading early 20th-century Chinese chef. Peng was the Nationalist government’s banquet chef and fled with Kuomintang forces to Taiwan during the Chinese Civil War.[5] There he continued his career as official chef until 1973, when he moved to New York to open a restaurant. That was where Peng started inventing new dishes and modifying traditional ones. One new dish, General Tso’s chicken, was originally prepared without sugar and subsequently altered to suit the tastes of “non-Hunanese people”. The popularity of the dish has now led to it being “adopted” by local Hunanese chefs and food writers, perhaps as an acknowledgment of the dish’s unique status, upon which the international reputation of Hunanese cuisine was largely based.[1][3] When Peng opened a restaurant in Hunan in the 1990s introducing General Tso’s chicken, the restaurant closed without success, as the locals found the dish too sweet.

Peng’s Restaurant on East 44th Street in New York City claims that it was the first restaurant in the city to serve General Tso’s chicken. Since the dish (and cuisine) was new, Peng made it the house speciality in spite of the dish’s commonplace ingredients. A review of Peng’s in 1977 mentions that their “General Tso’s chicken was a stir-fried masterpiece, sizzling hot both in flavor and temperature”.

Peng died from pneumonia in November 2016 at 98 years old.

Wang claim
New York’s Shun Lee Palaces, located at East (155 E. 55th St.) and West (43 W. 65th St.), also claims that it was the first restaurant to serve General Tso’s chicken and that it was invented by a Chinese immigrant chef named T. T. Wang in 1972. Michael Tong, owner of New York’s Shun Lee Palaces, says “We opened the first Hunanese restaurant in the whole country, and the four dishes we offered you will see on the menu of practically every Hunanese restaurant in America today. They all copied from us.”

It has also been argued that the two stories can be somewhat reconciled in that the current General Tso’s chicken recipe — where the meat is crispy fried — was introduced by Chef Wang but as “General Ching’s chicken”, a name which still has trace appearances on menus on the Internet (the identity of its namesake “General Ching” is, however, unclear) whereas the name “General Tso’s chicken” can be traced to Chef Peng, who cooked it in a different way.

These competing claims are discussed in the 2014 documentary film The Search for General Tso, which also traces how the history of Chinese immigration into the USA parallels the development of a unique Chinese-American or American Chinese cuisine.

720 Fusion Fresh

Come visit 720 Fusion Fresh and discover all the flavors of Asian Fusion Cuisine in Steamboat Springs, Colorado. We look forward to seeing you soon!


Who Invented General Tso’s Chicken: A Brief History

General Tso’s chicken (pronounced [tswò]) is a sweet deep-fried chicken dish that is served in North American Chinese restaurants (it is also seen with other variants, such as General Tse’s chicken). The dish is named after Zuo Zongtang (also romanized Tso Tsung-t’ang), a Qing dynasty statesman and military leader, although there is no recorded connection to him nor is the dish known in Hunan, Zuo’s home province.[1]

Name and origins
The dish has been associated with Zuo Zongtang (Tso Tsung-t’ang) (1812–1885), a Qing dynasty statesman and military leader from Hunan Province, but Zuo could not have eaten the dish or known of it.[2] The dish is found neither in Changsha, the capital of Hunan Province, nor in Xiangyin County, where Zuo was born. Moreover, Zuo’s descendants, who are still living in Xiangyin County, when interviewed, say that they have never heard of such a dish.

There are several stories concerning the origin of the dish. Eileen Yin-Fei Lo states in her book The Chinese Kitchen that the dish originates from a simple Hunan chicken dish and that the reference to “Zongtang” was not a reference to Zuo Zongtang’s given name, but rather a reference to the homonym “zongtang”, meaning “ancestral meeting hall”.[4] Consistent with this interpretation, the dish name is sometimes (but considerably less commonly) found in Chinese as “Zuo ancestral hall chicken” (Chung tong gai is a transliteration of “ancestral meeting hall chicken” from Cantonese Zuǒ Zōngtáng jī is the standard name of General Tso’s chicken as transliterated from Mandarin).

The dish or its variants are known by a number of greatly variant names, including, inter alia:

Governor Tso’s chicken, General Tao’s chicken, General Gao’s / Gau’s chicken General Mao’s chicken, General Tsao’s chicken, General Tong’s chicken, General Tang’s chicken, General Cho’s chicken, General Chai’s chicken, General Joe’s Chicken, T.S.O. Chicken, General Ching’s chicken, General Jong’s Chicken, House Chicken, or simply General’s Chicken.

Peng Chang-kuei claim
Fuchsia Dunlop[1] argues that the recipe was invented by Taiwan-based Hunan cuisine chef Peng Chang-kuei, who had been an apprentice of Cao Jingchen , a leading early 20th-century Chinese chef. Peng was the Nationalist government’s banquet chef and fled with Kuomintang forces to Taiwan during the Chinese Civil War.[5] There he continued his career as official chef until 1973, when he moved to New York to open a restaurant. That was where Peng started inventing new dishes and modifying traditional ones. One new dish, General Tso’s chicken, was originally prepared without sugar and subsequently altered to suit the tastes of “non-Hunanese people”. The popularity of the dish has now led to it being “adopted” by local Hunanese chefs and food writers, perhaps as an acknowledgment of the dish’s unique status, upon which the international reputation of Hunanese cuisine was largely based.[1][3] When Peng opened a restaurant in Hunan in the 1990s introducing General Tso’s chicken, the restaurant closed without success, as the locals found the dish too sweet.

Peng’s Restaurant on East 44th Street in New York City claims that it was the first restaurant in the city to serve General Tso’s chicken. Since the dish (and cuisine) was new, Peng made it the house speciality in spite of the dish’s commonplace ingredients. A review of Peng’s in 1977 mentions that their “General Tso’s chicken was a stir-fried masterpiece, sizzling hot both in flavor and temperature”.

Peng died from pneumonia in November 2016 at 98 years old.

Wang claim
New York’s Shun Lee Palaces, located at East (155 E. 55th St.) and West (43 W. 65th St.), also claims that it was the first restaurant to serve General Tso’s chicken and that it was invented by a Chinese immigrant chef named T. T. Wang in 1972. Michael Tong, owner of New York’s Shun Lee Palaces, says “We opened the first Hunanese restaurant in the whole country, and the four dishes we offered you will see on the menu of practically every Hunanese restaurant in America today. They all copied from us.”

It has also been argued that the two stories can be somewhat reconciled in that the current General Tso’s chicken recipe — where the meat is crispy fried — was introduced by Chef Wang but as “General Ching’s chicken”, a name which still has trace appearances on menus on the Internet (the identity of its namesake “General Ching” is, however, unclear) whereas the name “General Tso’s chicken” can be traced to Chef Peng, who cooked it in a different way.

These competing claims are discussed in the 2014 documentary film The Search for General Tso, which also traces how the history of Chinese immigration into the USA parallels the development of a unique Chinese-American or American Chinese cuisine.

720 Fusion Fresh

Come visit 720 Fusion Fresh and discover all the flavors of Asian Fusion Cuisine in Steamboat Springs, Colorado. We look forward to seeing you soon!


Who Invented General Tso’s Chicken: A Brief History

General Tso’s chicken (pronounced [tswò]) is a sweet deep-fried chicken dish that is served in North American Chinese restaurants (it is also seen with other variants, such as General Tse’s chicken). The dish is named after Zuo Zongtang (also romanized Tso Tsung-t’ang), a Qing dynasty statesman and military leader, although there is no recorded connection to him nor is the dish known in Hunan, Zuo’s home province.[1]

Name and origins
The dish has been associated with Zuo Zongtang (Tso Tsung-t’ang) (1812–1885), a Qing dynasty statesman and military leader from Hunan Province, but Zuo could not have eaten the dish or known of it.[2] The dish is found neither in Changsha, the capital of Hunan Province, nor in Xiangyin County, where Zuo was born. Moreover, Zuo’s descendants, who are still living in Xiangyin County, when interviewed, say that they have never heard of such a dish.

There are several stories concerning the origin of the dish. Eileen Yin-Fei Lo states in her book The Chinese Kitchen that the dish originates from a simple Hunan chicken dish and that the reference to “Zongtang” was not a reference to Zuo Zongtang’s given name, but rather a reference to the homonym “zongtang”, meaning “ancestral meeting hall”.[4] Consistent with this interpretation, the dish name is sometimes (but considerably less commonly) found in Chinese as “Zuo ancestral hall chicken” (Chung tong gai is a transliteration of “ancestral meeting hall chicken” from Cantonese Zuǒ Zōngtáng jī is the standard name of General Tso’s chicken as transliterated from Mandarin).

The dish or its variants are known by a number of greatly variant names, including, inter alia:

Governor Tso’s chicken, General Tao’s chicken, General Gao’s / Gau’s chicken General Mao’s chicken, General Tsao’s chicken, General Tong’s chicken, General Tang’s chicken, General Cho’s chicken, General Chai’s chicken, General Joe’s Chicken, T.S.O. Chicken, General Ching’s chicken, General Jong’s Chicken, House Chicken, or simply General’s Chicken.

Peng Chang-kuei claim
Fuchsia Dunlop[1] argues that the recipe was invented by Taiwan-based Hunan cuisine chef Peng Chang-kuei, who had been an apprentice of Cao Jingchen , a leading early 20th-century Chinese chef. Peng was the Nationalist government’s banquet chef and fled with Kuomintang forces to Taiwan during the Chinese Civil War.[5] There he continued his career as official chef until 1973, when he moved to New York to open a restaurant. That was where Peng started inventing new dishes and modifying traditional ones. One new dish, General Tso’s chicken, was originally prepared without sugar and subsequently altered to suit the tastes of “non-Hunanese people”. The popularity of the dish has now led to it being “adopted” by local Hunanese chefs and food writers, perhaps as an acknowledgment of the dish’s unique status, upon which the international reputation of Hunanese cuisine was largely based.[1][3] When Peng opened a restaurant in Hunan in the 1990s introducing General Tso’s chicken, the restaurant closed without success, as the locals found the dish too sweet.

Peng’s Restaurant on East 44th Street in New York City claims that it was the first restaurant in the city to serve General Tso’s chicken. Since the dish (and cuisine) was new, Peng made it the house speciality in spite of the dish’s commonplace ingredients. A review of Peng’s in 1977 mentions that their “General Tso’s chicken was a stir-fried masterpiece, sizzling hot both in flavor and temperature”.

Peng died from pneumonia in November 2016 at 98 years old.

Wang claim
New York’s Shun Lee Palaces, located at East (155 E. 55th St.) and West (43 W. 65th St.), also claims that it was the first restaurant to serve General Tso’s chicken and that it was invented by a Chinese immigrant chef named T. T. Wang in 1972. Michael Tong, owner of New York’s Shun Lee Palaces, says “We opened the first Hunanese restaurant in the whole country, and the four dishes we offered you will see on the menu of practically every Hunanese restaurant in America today. They all copied from us.”

It has also been argued that the two stories can be somewhat reconciled in that the current General Tso’s chicken recipe — where the meat is crispy fried — was introduced by Chef Wang but as “General Ching’s chicken”, a name which still has trace appearances on menus on the Internet (the identity of its namesake “General Ching” is, however, unclear) whereas the name “General Tso’s chicken” can be traced to Chef Peng, who cooked it in a different way.

These competing claims are discussed in the 2014 documentary film The Search for General Tso, which also traces how the history of Chinese immigration into the USA parallels the development of a unique Chinese-American or American Chinese cuisine.

720 Fusion Fresh

Come visit 720 Fusion Fresh and discover all the flavors of Asian Fusion Cuisine in Steamboat Springs, Colorado. We look forward to seeing you soon!


Voir la vidéo: Le secret du général Gudin