ne.acetonemagazine.org
Nouvelles recettes

Transformez l'eau en vin avec l'appareil domestique de Miracle Machine

Transformez l'eau en vin avec l'appareil domestique de Miracle Machine



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Ce petit appareil transformera votre comptoir de cuisine en un petit vignoble.

La Miracle Machine prétend être capable de transformer l'eau (ainsi que d'autres ingrédients de base) en vin en seulement 3 jours grâce au processus complexe de fermentation à domicile de l'appareil, le tout alimenté à partir de l'application pour smartphone du produit. Machine miraculeuse n'est pas encore à vendre, mais les co-fondateurs Philip James et Kevin Boyer lanceront très bientôt leur Kickstarter pour leur projet miraculeux. Une fois le produit sur les tablettes, vous pourrez vous aussi faire votre propre vin pour la grosse somme de 499 $ (au prix de 299 $ pour les premiers clients de Miracle Machine).

"Nous avons plaisanté sur le miracle du vin à l'eau et sur le fait qu'avec la technologie d'aujourd'hui, cela serait non seulement possible, mais probable", a déclaré Boyer, qui possède également CustomVines, une entreprise de fabrication d'étiquettes de vin personnalisées avec James. « Le résultat est une version miniaturisée du même processus que le vin subit dans les meilleures régions viticoles du monde. Nous avons tous les deux été surpris de voir à quel point c'est bon.

Boyer a expliqué que le vigneron à domicile devrait acheter les ingrédients de base nécessaires à la fabrication du sillage, y compris le concentré de raisin et la levure, qui seront disponibles à la fois sur leur site Web et sur Amazon. Ensuite, les amateurs peuvent insérer les ingrédients et attendre que le processus de fermentation se déroule (qui comprend un réfractomètre pour mesurer la teneur en sucre et des pompes de diffusion d'air pour aérer le liquide.)

Enfin, asseyez-vous et regardez votre application Miracle Machine vous informer de l'évolution de votre vin. Une fois le dispositif disponible, les vignerons amateurs pourront acheter du Cabernet Sauvignon, du Chardonnay, du Pinot Noir, un assemblage toscan vieilli, du Sauvignon Blanc et des cépages bourguignons.

MISE À JOUR : La « machine miracle » de l'eau pour le vin s'est révélée être un coup publicitaire pour attirer davantage l'attention sur l'organisation caritative internationale Wine to Water, qui apporte de l'eau propre aux pays en développement.


Bien que les écritures ne nomment pas les disciples présents aux noces de Cana, nous savons par les écritures que Philippe est devenu un disciple de Jésus le deuxième jour après son baptême. Jean 1:43 se lit comme suit : « Le lendemain, Jésus décida d'aller en Galilée. Il trouva Philippe et lui dit : « Suivez-moi. » » En tant que l'un de ses disciples choisis, on ne peut mariage, "Jésus aussi fut invité aux noces avec ses disciples". (Jean 2:2) que tous ses disciples triés sur le volet, y compris Philippe, étaient présents pour assister au premier miracle que Christ a accompli. Jean a conclu avec ceci en écrivant, "Ceci, le premier de ses signes, Jésus l'a fait à Cana en Galilée, et a manifesté sa gloire. Et ses disciples ont cru en lui." (Jean 2:11)

Selon le texte de Jean 2, les seuls qui ont réellement vu l'eau se transformer en vin étaient les serviteurs.

Les disciples ont été invités à accompagner Jésus pour assister au mariage selon le verset 2. Cependant, les seules personnes répertoriées dans la pièce du fond qui ont réellement vu l'eau se transformer en vin, loin de la vue des invités, étaient Jésus et les serviteurs selon verset 6. Ceci est souligné au verset 9 où le texte dit que les serviteurs savaient et il ne dit pas que les disciples (à ce moment-là) savaient.

Les vases : les vases étaient des vases ou des éviers en pierre utilisés pour la purification. Ce n'étaient pas des récipients utilisés pour l'eau potable. Il s'agissait essentiellement d'éviers de cuisine utilisés pour se laver les mains, laver les casseroles et les poêles après un repas « des récipients pour la purification ». Je pense que, puisque c'est mentionné, c'est important et significatif.

Ce récit éclaire la raison pour laquelle Marie a dit aux serviteurs de faire tout ce que Jésus leur a dit. On leur a dit non seulement de remplir les éviers de la cuisine avec de l'eau, mais aussi de puiser l'eau d'un endroit où vous voudriez jamais boire de, et encore moins donner à boire aux invités du mariage. Cependant, lorsque les serviteurs, qui étaient obéissants, puisaient l'eau et la servaient aux invités, le maître de la fête est celui qui est le premier à faire savoir au lecteur que l'eau de vaisselle a été transformée en vin.

Qu'il ait été transformé de l'eau (eau qui est entrée dans l'évier de la cuisine) en vin a été réalisé par les serviteurs après ils l'ont dessiné et l'ont servi selon le verset 9. Je pense à la fraction relativement infime de ceux qui ont le privilège d'être témoins du miracle en particulier, nous savons que ce sont les serviteurs et bien sûr le Seigneur parce qu'ils sont les seuls mentionnés qui ont rempli les récipients puis puisait l'eau et la servait aux invités.

Les Disciples ne sont mentionnés nulle part dans tout l'incident, sauf qu'ils ont été invités, qu'ils y ont assisté, et parce qu'eux aussi ont découvert le miracle de l'eau se transformant en vin (verset 11), ils ont cru en Lui.

Pour moi, la bénédiction est dans les détails. Les récipients utilisés pour nettoyer l'extérieur ont été utilisés pour changer le matériau de nettoyage (eau) d'une manière surnaturelle en un matériau utilisé pour nettoyer l'intérieur (vin) une image de la puissance surnaturelle du Saint-Esprit, trois jours après le baptême de Jésus mort, enterrement, résurrection à une nouvelle vie.

Étant donné que ce n'est pas spécifiquement indiqué dans le passage, mais que l'on peut encore tirer des conclusions d'autres passages de Jean et des synoptiques, il n'est pas important de savoir exactement quels disciples ont été invités avec Jésus (je pense que tous l'étaient) n'est pas important.


Le producteur de vin "Miracle Machine" était un canular, mais c'était le point

Voir l'image en plein écran
  • commentaires Laisser un commentaire
  • facebook Partagez cet article sur Facebook
  • WhatsApp Partager cet élément via WhatsApp
  • twitter Partager cet élément sur Twitter
  • email Envoyer cette page à quelqu'un par email
  • plus Partager cet article
  • plus Partager cet article

TORONTO – Vous vous souvenez du produit « miracle » dont vous avez entendu parler? La seule machine simple qui transforme l'eau en vin, directement dans votre propre maison ?

Il s'avère que ce n'est pas une vraie machine. C'est surtout du bois.

De nombreux médias et blogs (600 dans le monde en fait) ont couvert l'histoire alors qu'elle prenait d'assaut les réseaux sociaux.

« Nous l'avons fait, les gars – nous avons finalement fabriqué une machine qui exploite le pouvoir de Jésus. Au moins partiellement, en tout cas.

« Selon la Bible, le premier miracle que Jésus ait jamais accompli a été de transformer l'eau en vin. Aujourd'hui, deux inventeurs prétendent avoir construit une machine capable d'accomplir le même miracle en seulement trois jours.

« Envie d'être vigneron ? Avec la nouvelle Miracle Machine, c'est plus facile que vous ne le pensez.

Mais la nature virale du canular était voulue.

Mercredi, il a été révélé que la « Miracle Machine » faisait partie d'une campagne bénévole pour soutenir « Wine to Water », une organisation à but non lucratif qui fournit de l'eau potable aux gens du monde entier.

La campagne « Miracle Machine » a été menée par Kevin Boyer et Philip James de CustomVine, qui voulaient aider à sensibiliser le public au sort de ceux qui ont besoin d'eau douce.

« La décision de mettre nos références en matière de vin en jeu et de nous impliquer a été facile », a déclaré Boyer.

Ils ont déclaré que même si transformer l'eau en vin reste hors de portée, il est possible de fournir de l'eau potable aux communautés du monde entier.

"Près de deux millions d'enfants meurent chaque année à cause de l'eau contaminée et d'un mauvais assainissement", a déclaré James.

Des responsables de Wine for Water ont déclaré que le manque d'assainissement affecte 2,5 milliards de personnes dans le monde, pour la plupart des femmes et des enfants.

Bien qu'il reste à voir si le but derrière la fausse machine générera autant de buzz que la campagne initiale (peu probable), une chose est claire si quelqu'un peut réellement inventer un appareil qui transforme l'eau en vin, il fera de la banque.


Quelle est la signification de Jésus transformant l'eau en vin ?

Le miracle de transformer l'eau en vin, trouvé dans Jean 2:1-11, est le premier miracle enregistré du ministère public de Jésus. Cela s'est produit alors que Jésus et ses disciples assistaient aux noces de Cana le troisième jour de la célébration. Apparemment, la mère de Jésus, Marie, avait une relation étroite avec les hôtes. Elle a été informée de la situation humiliante concernant le manque de vin. Marie était confiante que Jésus saurait comment remédier à la situation et l'a informé. La réponse de Jésus est une phrase idiomatique en hébreu signifiant 'en quoi cela nous concerne'. Nous sommes ne pas supposer que Jésus a été réprimander sa mère parce que Marie a demandé avec confiance aux serviteurs de la maison de suivre ses instructions spécifiques. De grands pots d'eau en pierre étaient remplis à ras bord et le contenu extrait et présenté au maître du festin. Ce n'était plus de l'eau, c'était devenu un vin de la plus excellente qualité. De toute évidence, cela a permis à la fête de continuer sans gêne pour les hôtes et l'occasion joyeuse n'a pas été gâchée.

L'étudiant sérieux de la Bible chercherait certainement un une leçon spirituelle plus profonde de ce premier acte miraculeux de Jésus. Et il y a des leçons plus profondes à tirer. Le vin est largement considéré dans la Bible comme un symbole de bonheur, et un mariage est certainement la plus heureuse des occasions. Jésus illustrait le merveilleux temps de joie dans son futur royaume, quand tout chagrin et tristesse seront bannis. Joël 3:18, &ldquoEt en ce jour-là, le les montagnes s'égoutteront de vin doux, et les collines couleront de lait, et tous les ruisseaux de Juda couleront avec de l'eau et une source sortira de la maison de l'Éternel&hellip&rdquo Aussi, Matthieu 26:28, &ldquo&hellipJe ne boirai plus de ce fruit de la vigne à partir de maintenant jusqu'au jour où je le boirai nouveau avec vous dans le royaume de mon Père.&rdquo Jérémie 31:12 &ldquo Ils viendront crier de joie sur la hauteur de Sion, Et ils seront rayonnant sur la générosité du Seigneur&mdash Sur le grain et le vin nouveau et le pétrole&hellip Et ils ne languiront plus jamais.&rdquo

Le mariage à Cana s'est avéré être l'endroit idéal pour que Jésus démontre l'amour et le plan de Dieu pour apporter la joie et la paix à la Terre pour toujours. Psaume 4:6-8, &ldquoBeaucoup disent : &lsquoQui nous fera du bien ?&rsquo Élève sur nous la lumière de ton visage, ô Seigneur ! vous avez mis joie dans mon cœur, Plus que lorsque leur grain et leur vin nouveau abondent. En paix je me coucherai et dormirai, Pour toi seul, Seigneur, fais-moi habiter en sécurité».

Thème sponsorisé par: modafinilonline365.com Modafinil Online où vous pouvez en savoir plus sur son fonctionnement et également sur la façon d'acheter du modafinil en ligne


La machine miracle eau-vin est en fait un coup publicitaire

Cela semblait trop beau pour être vrai, et c'était le cas. La Miracle Machine était censée faire du vin à la maison en quelques jours, mais ce n'est pas réel.

/> Hélas, la Machine Miracle est un mensonge. Machine miraculeuse

Cela ressemblait à un rêve devenu réalité. La Machine Miracle était un gadget qui transformait l'eau - ainsi que le concentré de raisin et la levure - en vin dans votre maison en seulement trois jours. Beaucoup de gens se sont enthousiasmés, imaginant devenir des vignerons à domicile sans se soucier de la culture du raisin, du vieillissement en fûts ou de savoir quoi que ce soit sur la fabrication du vin.

Il n'y avait qu'une seule prise, et c'était une grosse. La Machine Miracle est un produit inventé. Les fondateurs de Miracle Machine ont promis un lancement Kickstarter, mais ce début ne s'est jamais concrétisé. C'était juste un crochet pour amener les gens à s'inscrire pour plus d'informations. Aujourd'hui, ces personnes ont reçu un e-mail les guidant vers une vidéo sur Wine to Water, une organisation à but non lucratif dédiée à la fourniture d'eau potable aux personnes dans le besoin dans le monde entier.

Le but ultime de la cascade est de faire connaître Wine to Water et d'attirer des dons et des bénévoles à la cause. Les personnes derrière cela disent que plus de 600 médias à travers le monde ont repris la couverture du faux produit au cours des 10 derniers jours. Pour être juste, bon nombre d'entre eux étaient sceptiques quant au fait que le gadget puisse tenir ses promesses.

Histoires liées

Nous n'avons plus à nous soucier du bon fonctionnement de la Miracle Machine. Je dois féliciter les personnes derrière le coup publicitaire pour l'avoir réussi de manière plausible. Les « inventeurs » avaient de véritables références viticoles. Tous les discours sur les réfractomètres et les pompes à diffusion d'air l'ont vraiment rendu vivant. Il y avait même une maquette physique de l'appareil, bien qu'il s'avère qu'il ne s'agissait que d'un morceau de bois avec des lumières LED.

La Machine Miracle servira de leçon pour devenir trop enthousiasmé par un produit. Qui sait, peut-être que quelqu'un saura comment fabriquer un véritable "appareil de vinification accélérée". En attendant, nous avons un assez bon coup publicitaire à ajouter aux archives.


Transformez l'eau en vin avec l'appareil domestique de Miracle Machine - Recettes



C'est peut-être pour cette raison que Jésus était réticent lorsque sa mère est venue lui demander de l'aide. Fournir plus d'alcool pour une fête de mariage non préparée n'était pas une affaire urgente.

Mais je pense que Jésus l'a vu comme une opportunité de faire un point plus large.

La vraie raison pour laquelle Jésus a transformé l'eau en vin était de préfigurer la transition de l'Ancienne Alliance à la Nouvelle, par sa mort sur la croix.

Il y a cinq raisons pour lesquelles je crois que c'est vrai. Mais regardons d'abord le passage de Jean 2 :


Voici donc cinq raisons pour lesquelles ce miracle ne se limitait pas au vin :


1. Jean utilise la phrase : « Le troisième jour… ».

Semble familier? Dès le départ, Jean invoque la mort et la résurrection. Ce détail n'est pas anodin, mais une préfiguration de ce qui allait arriver à Jésus : « Dieu le ressuscita d'entre les morts le troisième jour » (Actes 10 :40).


2. Jésus dit : « Mon heure n'est pas encore venue.

Dans le contexte de Jean 2, Jésus veut dire qu'il n'est pas encore temps de commencer son ministère. Mais Jean utilise ce même langage deux fois de plus (7:30, 8:20) pour faire allusion à sa mort.


3. Jésus a utilisé des jarres de cérémonie destinées au lavage.

Que Jésus ait fait remplir des jarres de cérémonie par les serviteurs peut sembler un petit détail. Mais rassurez-vous, ce n'était pas un hasard.

Les chapitres 11 à 15 du livre du Lévitique traitent en détail des règles de propreté dans toutes les manières de vivre : nourriture, purification après l'accouchement, maladies de la peau, etc. Lorsqu'un Hébreu devenait « impur », la loi mosaïque lui demandait invariablement de se laver avec de l'eau. Prenons Lévitique 14 :8 comme exemple :

Cela fait bien sûr partie de la Loi de Moïse, l'Ancienne Alliance. Ces règlements aboutissent à un événement annuel appelé le Jour des Expiations par lequel, par le sacrifice d'animaux et la libération d'un bouc émissaire, le souverain sacrificateur pouvait expier les péchés d'Israël. Mais avant de pouvoir le faire, il devait mettre les vêtements sacrés. Ah ouais, et il a dû se laver aussi :


Transformez l'eau en vin avec l'appareil domestique de Miracle Machine - Recettes

Aujourd'hui, j'ai découvert que le jus de raisin Welch's a commencé comme un substitut au vin sacramentel.

Vous avez probablement entendu parler de Jésus transformant l'eau en vin, mais le Dr Thomas Bramwell Welch est un magicien des boissons moins connu qui a développé un moyen de transformer quelque chose qui aurait été du vin en une version sans alcool de la boisson, dans une tentative faire un « vin de sacrement non fermenté ».

Le Dr Welch était médecin, dentiste et pasteur méthodiste à Vineland, New Jersey. À l'époque, les méthodistes étaient fortement opposés à la consommation d'alcool. Cela rendait le service du vin pour la communion quelque peu hypocrite, une divergence que Welch s'empressa de souligner. Sa position sur la question était si forte qu'il était même opposé à toucher un récipient contenant du vin - un problème, puisqu'il était l'intendant de la communion.

La goutte d'eau aurait été lorsqu'un membre de l'église s'est présenté à la maison Welch un dimanche soir après avoir bu un peu trop de vin de communion. Welch était furieux du comportement tapageur de l'homme.

Alors, que faire ? Étant en quelque sorte un touche-à-tout, Welch s'est chargé de l'entreprise lui-même. Il a cherché à trouver un moyen de mettre le jus de raisin en bouteille afin qu'il ne se transforme pas en vin. En 1869, il pressa le jus de raisin Concord, le filtra et le mit en bouteille dans sa propre cuisine, puis utilisa la nouvelle technique innovante de Louis Pasteur appelée « pasteurisation ». Il a fait bouillir les bouteilles de jus de raisin, ce qui a non seulement aidé à préserver le jus, mais a également tué toute la levure dans les bouteilles. Cela empêchait la fermentation, de sorte que les boissons ne seraient pas alcoolisées.

Après avoir réussi à préparer la boisson, le Dr Welch l'a livrée à son église et l'a même annoncée aux églises environnantes. Cependant, de nombreux membres du clergé ne s'intéressaient pas au vin non fermenté du Dr Welch, certains ont même qualifié son service d'« hérésie ».

Inutile de dire que le vin sacramentel non fermenté n'a pas pris un bon départ. Welch a été contraint de mettre son produit en veilleuse, bien qu'il soit resté fortement impliqué dans le mouvement de tempérance. Cela dit, une petite quantité de son jus de raisin a continué à être produite pour quelques églises de la région.

Ce n'est que lorsque le fils de Welch, Charles, qui était également dentiste, a commencé à faire de la publicité pour Welch dans les années 1890 qu'il est devenu plus populaire.

À l'époque, les conseils de Thomas Welch à Charles étaient les mêmes que ce que tant de parents disent à leurs enfants lorsque les jeunes poursuivent une nouvelle carrière que les parents ne pensent pas nécessairement avoir beaucoup d'avenir,

Maintenant, ne pensez pas que j'essaie de vous décourager de pousser le jus de raisin. Il est bon que vous le fassiez, dans la mesure du possible, sans interférer avec votre profession et votre santé.

Grâce à la montée du Mouvement de la Tempérance, la profession de Charles était sur le point de changer. L'apparition du jus à l'Exposition Universelle de Chicago n'a pas fait de mal, non plus des milliers de personnes ont pu le goûter là-bas en 1893.

En 1896, la société Welch's Fruit Juice Company est devenue trop grande pour être gérée par une seule famille. Pour aider à répondre à la demande, Charles a fait ses valises et a déménagé l'entreprise dans une usine à New York, où il a continué à développer l'entreprise. (Thomas Welch est décédé quelques années plus tard en 1903.)

Welch's est rapidement devenu le substitut de boisson naturel au vin, il était fabriqué à partir du même fruit et convenait au goût de la Temperance Society. En 1913, le secrétaire d'État William Jennings Bryan a organisé un dîner pour l'ambassadeur britannique en visite alors qu'il était de tradition de servir du vin, Bryan a décidé de servir le Welch's à la place, le rendant plus à la mode. La même année, l'alcool a été interdit sur les navires de la Marine et le jus de raisin de Welch a été servi à la place.

Aujourd'hui, l'entreprise est un nom familier, présent sur les jus, les gelées et les confitures. Ils rapporteraient près d'un demi-milliard de dollars chaque année et ont depuis déménagé leur siège social à Concord, dans le Massachusetts, où ils cultivent des boutures de la vigne Concord d'origine utilisée.

Pas mal pour quelque chose qui a commencé à la suite d'une bête noire d'un homme qui voulait simplement offrir aux gens un moyen de communier sans que l'alcool ne traverse leurs lèvres.

Si vous avez aimé cet article, vous pourriez également profiter de notre nouveau podcast populaire, The BrainFood Show (iTunes, Spotify, Google Play Music, Feed), ainsi que :


Élixir simple appelé « liquide miracle »

C'est un dégraissant de cuisine. C'est un laveur de vitres. Il tue le pied d'athlète. Oh, et vous pouvez le boire.

On dirait le vieux gag "Saturday Night Live" pour Shimmer, le faux vernis à plancher branché par Gilda Radner. Mais l'élixir est réel. Il a été approuvé par les régulateurs américains. Et il commence à remplacer les produits chimiques toxiques que les Américains utilisent à la maison et au travail.

La substance est un simple mélange de sel de table et d'eau du robinet dont les ions ont été brouillés avec un courant électrique. Les chercheurs l'ont surnommée eau électrolysée - à peine aussi accrocheuse que M. Clean. Mais au Sheraton Delfina à Santa Monica, certains employés de l'hôtel l'appellent el liquido milagroso - le liquide miracle.

C'est un nom aussi bon que n'importe quel autre pour une substance qui, selon les scientifiques, est suffisamment puissante pour tuer les spores de la fièvre charbonneuse sans nuire aux personnes ou à l'environnement.

Utilisé comme désinfectant pendant des décennies en Russie et au Japon, il est lentement accepté aux États-Unis. Un transformateur de volaille de New York l'utilise pour tuer les salmonelles sur les carcasses de poulet. Les commis d'épicerie du Minnesota pulvérisent des convoyeurs collants dans les couloirs de caisse. Les geôliers du Michigan passent la serpillière à l'eau électrolysée pour éviter que les produits de nettoyage potentiellement mortels ne tombent entre les mains des détenus.

À Santa Monica, le personnel d'entretien du Sheraton, autrefois sceptique, a abandonné l'eau de Javel et l'ammoniaque piquante pour la peau pour des vaporisateurs remplis d'eau électrolysée pour nettoyer les toilettes et les éviers.

"Je n'y croyais pas au début parce qu'il n'y avait pas de mousse ni d'odeur", a déclaré la gouvernante Flor Corona. « Mais je peux vous dire que ça marche. Mes chambres sont propres.

La direction aime ça aussi. Le mélange coûte moins d'un centime le gallon. Il réduit les blessures des employés dues aux produits chimiques. Cela réduit les frais d'expédition et les déchets car le personnel de l'hôtel prépare l'élixir sur place. Et cela aide le Sheraton Delfina à vanter ses qualités environnementales auprès de ses clients.

Le personnel de cuisine de l'hôtel a récemment commencé à désinfecter les produits avec de l'eau électrolysée. On dit que la laitue dure plus longtemps. Ils espèrent remplacer le détergent dans le lave-vaisselle. La direction estime que le délai de récupération de la machine d'électrolyse de 10 000 $ sera inférieur à un an.

"C'est vert. Il économise de l'argent. Et c'est la bonne chose à faire », a déclaré Glenn Epstein, assistant exécutif au Sheraton Delfina. "C'est presque du fantasme."

En fait, c'est de la chimie. Pendant plus de deux siècles, les scientifiques ont bricolé l'électrolyse, l'utilisation d'un courant électrique pour provoquer une réaction chimique (pas la technique d'épilation du même nom qui est populaire à Beverly Hills). C'est ainsi que nous avons obtenu la galvanoplastie des métaux et la production à grande échelle de chlore, utilisé pour blanchir et désinfecter.

Il s'avère que le zapping de l'eau salée avec de l'électricité basse tension crée quelques agents de nettoyage puissants mais non toxiques. Les ions sodium sont convertis en hydroxyde de sodium, un liquide alcalin qui nettoie et dégraisse comme un détergent, mais sans les bulles de récurage. Les ions chlorure deviennent de l'acide hypochloreux, un désinfectant puissant connu sous le nom d'eau acide.

"C'est 10 fois plus efficace que l'eau de Javel pour tuer les bactéries", a déclaré Yen-Con Hung, professeur de sciences alimentaires à l'Université de Géorgie-Griffin, qui étudie l'eau électrolysée depuis plus d'une décennie. "Et c'est sûr."

L'eau électrolysée perd sa puissance assez rapidement, elle ne peut donc pas être conservée longtemps. Les machines sont chères et conçues principalement pour un usage industriel. Le processus doit également être surveillé fréquemment pour la bonne force.

Ensuite, il y a le battage médiatique de «l'eau magique» qui a accompagné l'eau potable électrolysée. Un certain nombre d'entreprises vendent des soi-disant ioniseurs à usage domestique qui peuvent aller d'environ 600 $ à plus de 3 000 $. L'eau alcaline, disent les partisans, offre des avantages pour la santé.

Mais Richard Wullaert, un consultant de Santa Barbara, a déclaré que les consommateurs devraient être prudents.

"Certaines de ces personnes font des allégations qui mettront tout le monde en difficulté", a déclaré Wullaert, dont la Functional Water Society à but non lucratif fait passer le mot sur l'eau électrolysée. « Il est temps que des conférences sérieuses avec des scientifiques sérieux donnent cette crédibilité. »

La majeure partie de la croissance s'est produite en dehors des États-Unis.

Les Russes mettent de l'eau électrolysée dans les puits de pétrole pour tuer les microbes embêtants. Les Européens l'utilisent pour soigner les grands brûlés. Les équipements d'électrolyse aident à assainir l'eau potable dans certaines régions d'Amérique latine et d'Afrique.

C'est énorme au Japon. Les gens là-bas le vaporisent sur les sushis pour tuer les bactéries et en remplissent leurs piscines, éliminant ainsi le besoin de chlore agressif. Les médecins l'utilisent pour stériliser le matériel et traiter les champignons des pieds et les escarres. C'est l'arme secrète de la machine à laver « sans savon » de Sanyo Electric Corp.

Maintenant, Sanyo est déterminé à nettoyer les taxis japonais avec un petit purificateur d'air qui s'insère dans le porte-gobelet d'une voiture. L'appareil utilise de l'eau électrolysée pour protéger les passagers d'un sous-produit indésirable de la culture d'entreprise japonaise de consommation excessive d'alcool : le vomi.

« Il y avait une certaine inquiétude quant à la propagation de virus et de bactéries via le taxi, sans parler du . . . des odeurs puantes », a déclaré le porte-parole de Sanyo, Aaron Fowles.

Le laveur d'air de taxi de Sanyo n'est pas encore disponible aux États-Unis. Les navetteurs devront se boucher le nez pour le moment. Mais le département américain de l'Agriculture, la Food and Drug Administration et l'Environmental Protection Agency ont approuvé l'eau électrolysée pour diverses utilisations.

PuriCore de Malvern, Pennsylvanie, et Oculus Innovative Sciences de Petaluma, Californie, ont développé des traitements pour les plaies chroniques. MIOX Corp., basée à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, vend des systèmes de purification d'eau municipaux. EAU Technologies Inc. de Kennesaw, en Géorgie, s'occupe des deux extrémités d'une vache laitière, avec de l'eau alcaline pour faciliter la digestion de l'animal et de l'eau acide pour nettoyer son fumier.

Integrated Environmental Technologies Inc. de Little River, en Caroline du Sud, travaille avec les compagnies pétrolières pour garder les puits exempts de bactéries et avec les écoles secondaires pour désinfecter les tapis de lutte en sueur et les équipements de football crasseux qui propagent les infections cutanées.

Electrolyzer Corp. de Woburn, Mass., s'attaque au marché de l'hôtellerie. Le Sheraton Delfina a acheté une de ses machines. Il en va de même pour le Hyatt Regency Chicago et le Trump International Beach Resort près de Miami.

Patrick Lucci, vice-président du marketing d'Electrolyzer, aime bombarder les prospects avec des études scientifiques, puis leur donner le vieil éblouissement. Il boira l'eau salée traitée avant d'éponger le sol avec.

"Essayez cela avec de l'eau de Javel", a-t-il dit.

L'unité de Santa Monica ressemble un peu à un chauffe-eau surdimensionné, avec deux réservoirs côte à côte - l'un pour fabriquer le désinfectant à l'acide hypochloreux, l'autre pour le nettoyant à l'hydroxyde de sodium.

Rebecca Jimenez, directrice de l'entretien ménager, a entendu les grognements du personnel de nettoyage lorsque l'hôtel a apporté la machine l'automne dernier. Les femmes de ménage doutaient que les liquides plats et pratiquement inodores fassent vraiment le travail. Certains ont versé les shampooings des invités dans leurs bouteilles pour faire mousser.

"Si ça ne mousse pas, ça ne marche pas", a déclaré Jimenez. "C'est la mentalité."

Pourtant, a-t-elle dit, la plupart sont revenus et aiment travailler sans émanations ni peau qui pèle.

La scientifique alimentaire du Minnesota, Joellen Feirtag, a déclaré qu'elle était tout aussi sceptique. Elle a donc installé une unité d'électrolyse dans son laboratoire et a commencé à faire des recherches sur la technologie. Elle a découvert que l'eau acide tuait E. coli, la salmonelle, la listeria et d'autres agents pathogènes désagréables. Pourtant, il était assez doux pour apaiser les coups de soleil et l'acné de ses enfants.

Elle encourage maintenant les transformateurs alimentaires à jeter un œil à l'eau électrolysée pour aider à lutter contre les épidémies qui ont secoué l'industrie. La plupart sont douteux.

"Cela semble trop beau pour être vrai, ce qui est vraiment le plus gros problème", a déclaré Feirtag, professeur agrégé à l'Université du Minnesota. "Mais ce n'est qu'une question de temps avant que cela ne devienne courant."


Les billets de loterie des vaccins sont tristes, mais aussi parfaits

Les fabricants de vaccins COVID-19 regardent au-delà de la protéine de pointe

Podcast : faire face aux traumatismes post-pandémiques

Pour distiller, vous devez d'abord faire bouillir quelque chose, puis le recondenser en liquide. Le travail de refroidissement d'une vapeur et de sa retransformation en liquide est effectué par un appareil bien nommé condenseur. Dans un évaporateur rotatif, vous avez deux choix de condenseur de base : un tube de refroidissement standard et un doigt froid. Les condenseurs standard ont une longue longueur de tube étroitement enroulé à l'intérieur, à travers lequel vous pompez le liquide de refroidissement. La grande surface du tube enroulé couplée au débit constant de liquide de refroidissement frais permet une condensation efficace. Pour une rétention maximale de la saveur, vous voulez que ce liquide de refroidissement soit aussi froid que possible sans geler votre distillat dans les serpentins. En pratique, il m'est difficile d'obtenir des températures de condenseur inférieures à -20 C. Vous ne voulez pas que votre distillat gèle car alors vous ne savez pas combien de distillat vous avez produit (il est difficile de juger à partir du ballon rotatif) et si, comme moi, vous avez installé une pompe qui vous permet de goûter votre produit au fur et à mesure que vous le préparez, vous ne pouvez pas goûter. Le condenseur standard est ce que tout le monde utilise. Cela fonctionne très bien avec de l'alcool.

Le condenseur à doigts froids n'a pas de liquide de refroidissement circulant ou de tubes enroulés. Il a un manchon interne que vous remplissez avec quelque chose de froid, de la neige carbonique et de l'acétone, par exemple, ou de l'azote liquide. Parce qu'ils sont remplis de fluide très froid, les condenseurs à doigts froids fonctionnent beaucoup, beaucoup plus froid que les condenseurs standard. Vous devriez pouvoir les faire fonctionner à la même température que les condenseurs ordinaires en les remplissant de glace, de sel et d'eau. Cette technique est nulle, alors ne vous embêtez pas à l'essayer.

J'ai un condenseur à doigt froid depuis des années, mais il ne correspondait pas à mon ancien rotovap. Je n'ai jamais pris la peine de l'adapter à cette machine car je n'aimais pas l'idée de congeler mon distillat. Mais mon doigt froid est compatible avec mon nouveau rotovap. Temps d'expérimentation.

Configuration du condenseur à doigts froids.

J'ai commencé par utiliser l'une de mes recettes de liqueur standard mais en la distillant avec le doigt froid rempli d'azote liquide (environ -200 C) au lieu de mon tube condenseur à -20 C. Les résultats étaient bons, mais je ne pensais pas qu'ils étaient meilleurs que la normale. (Pour être juste, je n'ai pas goûté plus côte à côte à ce sujet plus tard.) J'ai calé cela jusqu'à une victoire pour les condensateurs à tubes. Pendant la distillation, j'ai remarqué qu'une fine couche de givre se formait sur le doigt froid presque immédiatement, avant même que la distillation proprement dite ne commence. Puis j'ai pensé : et si je faisais passer des saveurs à base d'eau à travers ce truc ? Peut-être que le condenseur super froid capturerait les saveurs perdues dans les distillations à base d'eau faites avec un condenseur standard ? La formation immédiate de givre, et sa condensation implicite et la capture de vapeur savoureuse, était encourageante.

Si je pouvais faire fonctionner la distillation à base d'eau, ce serait LÉGAL !

Distillation illégale contre distillation légale : test côte à côte de la vodka au chocolat

J'ai fait de la vodka Smirnoff à 120 degrés (en redistillant illégalement du Smirnoff à 80 degrés) dans un condenseur ordinaire. J'ai ensuite ajouté des quantités égales de poudre de cacao à un litre de Smirnoff 80-proof et 600 millilitres d'eau (la quantité d'eau dans la bouteille de Smirnoff). J'ai ensuite distillé le mélange vodka/cacao dans le condenseur ordinaire et le mélange eau/cacao au doigt froid. J'ai essayé de juger de la quantité que j'avais distillée en regardant le niveau de liquide restant dans mon ballon de distillation, une tâche difficile. Mon objectif était de distiller 600 millilitres du litre de vodka et d'ajouter suffisamment d'eau pour obtenir un litre de 80, et de distiller un peu moins de 400 millilitres du cacao à base d'eau, puis de faire fondre le distillat du condenseur à l'aide du haut- preuve Smirnoff pour faire un litre de 80 preuves.

Du givre s'accumule immédiatement dans le condenseur.

Dans un côte à côte, le chocolat illégal a battu le chocolat légal haut la main, mais il y avait encore de l'espoir pour la méthode légale. C'était bon. C'était bien meilleur que n'importe quel autre distillat légal que j'avais jamais fait. J'ai décidé que le Smirnoff n'était pas bon pour ces tests, j'avais besoin de quelque chose de plus résistant. Je ne voulais pas utiliser les trucs à l'épreuve du 195 que vous pouvez obtenir dans le magasin d'alcools. C'est horrible - vous préférez sucer un tampon de préparation à l'alcool isopropylique. Au lieu de cela, j'ai regardé en ligne Spectrum, la société d'approvisionnement en produits chimiques. Il se trouve qu'ils exécutaient une offre spéciale sur de l'éthanol pur, anhydre (pas d'eau), USP (de qualité alimentaire) (alcool). Ils le vendaient pour seulement 16 dollars le litre, soit l'équivalent de 6,40 $ le litre pour 80-proof. J'en ai commandé et j'ai goûté. C'était primo ! J'ai immédiatement commandé 16 gallons (un jour plus tard, le prix est revenu à la normale, le triple de ce que j'ai payé).

J'ai refait l'expérience avec le super-hoch. This time, my alcohol-based distillation consisted of cocoa powder plus 200-proof and water in the standard condenser, versus straight water and cocoa in the cold-finger. Again I melted the water-based distillate off the condenser with booze, this time 200-proof. When I corrected both distillates for proof, the illegal chocolate still won—but not by as wide a margin. Legal was getting better, but still not up to par.

NEXT: The final verdict on legal, water-based distilling

The Unscientific Re-Test

For several months I was too busy to pursue further legal distillation tests. Then I remembered I had promised to bring my rotovap to the 2010 Star Chefs demonstration, and the following occurred to me:

1. Crap, I don't want to lug my chiller with all the tubes and propylene glycol to Star Chefs.

2. Crap, they never have enough power in the demo rooms and I'll probably blow a circuit running the chiller and the rotovap.

3. They will have a boatload of liquid nitrogen at the event, which I could use to run the cold-finger (they ran out last year so they over-ordered this year).

4. People might like to see a legal distillation demonstration.

Legal Distillation at the Star Chefs Demo (for the rest of the demo, see my upcoming post)

I decided my earlier tests were fundamentally flawed. I had been comparing the results of cold-finger distillation to standard condenser distillation by trying to match the yield and proof of the cold-finger product to the standard product. What if that method was biased against the cold-finger?

For the Star Chefs demo I decided to focus only on making a delicious product with the cold-finger. I vacuum-bagged Thai basil and orange peel in ice water to thoroughly saturate the leaves and peels with water.

Experiments I had run with Tony Conigliaro at his bar 69 Colebrook Row in London (where he is allowed to re-distill with alcohol—the lucky cuss), showed that leaves not fully saturated wouldn't give up their flavor as readily. You can't blend the leaves to mingle their flavor with the water, either—blended herbs distilled with water in the rotovap taste brown and swampy. The swamp thing doesn't happen when you blend herbs and liquor. In a side-by-side test, distilled blended mint plus ethanol beat distilled vacuum-saturated mint plus ethanol distilled blended mint in water was wretched, while distilled vacuum-saturated mint in water just lacked power.

I loaded the saturated peels and Thai basil in the rotovap, sucked a vacuum, filled the condenser with liquid nitrogen, lowered the distillation flask into the water bath, and commenced distillation. I left Nastassia to finish the process while we went on with the rest of the demo. When she felt she'd pulled off all the water she could, we melted the ice off the condenser with the 200-proof and tasted. C'était fantastique. Really fantastic. Nastassia claims it was good because the rotovap required a woman's touch. I'm not so sure because she says that about everything.

The outcome of the demo left me very, very optimistic about the future of legal rotovapping.

Tips and Comments on Running the Cold Finger:

1. Running a cold finger isn't the same as running a standard condenser. Do not add coolant to the cold finger until you have established a partial vacuum in the system. If you ignore this warning you risk clogging the vacuum intake of the condenser with ice crystals—a pain in the rear.

Watch out for condensation here.

2. It's normal for the ice at the bottom of the cold finger to melt under heavy distillation, even with something as cold as liquid nitrogen as your coolant. Condensing water requires a lot of power.

3. A mixture of dry ice and 200-proof ethanol is food-grade and will probably work as well as liquid nitrogen. Dry ice isn't as cold as, but has much more cooling power than, an equal amount of liquid nitrogen. Dry ice is also easier for most people to source. Unlike me—I have liquid nitrogen dribbling out my ears.

Even though liquid nitrogen is super-cold, you will see liquid water at the bottom of the condenser and in the receiver flask. C'est normal.

4. As a corollary to 3, you will need a lot more liquid nitrogen than you think. It will take many, many liters to condense 1 liter of product. Keep adding liquid nitrogen throughout the distillation (it runs out quickly). Don't be alarmed, but you will get a huge vapor plume once the distillation starts in earnest.

5. Make sure to melt the distillate off the condenser immediately with 200-proof ethanol. I have no scientific proof, but every distillate I have made with water loses its aroma very quickly. I feel melting it with liquor helps fix the flavor, but I'm willing to be proven wrong.

6. It is extremely difficult to determine how much product you have distilled off your mixture in a cold finger condenser. Some protocol has to be devised to figure this out or recipes won't be repeatable (suggestions anyone?).

My old theory as to why liquor-based distillation is inherently better than water-based was threefold:

1. Flavor is captured better in distillations that go through a range of boiling points with large amounts of distillate produced all the time—the way an ethanol-water system works. The range of boiling points in a water-based distillation is much lower, plus many of the more volatile compounds that boil at significantly lower temperatures than water will be boiled off unnoticed in a water-based distillation.

2. Ethanol and ethanol-water mixtures are inherently better at carrying volatile aromas and flavors than water alone.

3. Once distilled, ethanol mixtures hold volatile flavors better.

How do these theories jibe with the new water-based distillations?

First, I am willing to be challenged on all of these theoretical points, as they were arrived at through experience, not scientifically.

If my theories are correct, point 1 is partially addressed in the legal method, because the traces of flavor that get lost in a water-based distillation in a standard condenser freeze on the side of the cold finger and would then be dissolved in straight alcohol at the end of the distillation run, which solves the problem from theory 3.

As to the first part of theory 1 (that a range of boiling points in a distillation leads to better flavor) and theory 2 (that ethanol is a better flavor carrier than water), I guess it's open for discussion. In fact, I haven't been able to devise a good side-by-side test where legal distillation was as good as illegal, so maybe these theories are correct, and illegal distillation is inherently superior. The success I had at Star Chefs, however, leads me to think my theories should be revised.


Drinking and Jesus Turning Water to Wine

The late comedian, Milton Berle, once said he had a friend who swore the Bible condoned getting drunk. He argued the Scriptures taught that the one who sins should be stoned.

I've heard a lot of erroneous arguments myself made from the Bible in favor of drinking. But none more egregious than the one that advocates Jesus endorsed imbibing when he made water into wine at the wedding in Cana. I don't always have the occasion to challenge this assertion, but when I do, I like to ask the proponent to show me, prove that Jesus made an intoxicating beverage that was harmful. Never has anyone ever been able to do more than show the argument is based squarely on assumption. The facts just don't sustain it.

The Greek word translated wine in chapter 2 of John's Gospel is the word oinos – a generic term that does not always refer to a fermented beverage. John D. Freeman has accurately written:

"Throughout ancient times the word was used to refer to fruit juices, primarily grape juice, without regard to whether or not it was fermented, or had turned to vinegar. Recipes for preparing various kinds of wines without fermentation have been preserved by writers of antiquity and the common practice of boiling their wines, and also of largely diluting them, showed that the action of fermentation was not regarded by the ancients as essential to the existence of oinos. Many authorities agree that the Greek use of oinos included fresh grape juice." [1]

So whether one believes that Jesus made an intoxicating wine or a non-intoxicating wine at the wedding in Cana is purely a matter of personal interpretation. For the Bible never definitively says that Jesus turned water into alcoholic wine.

There are, however, a number of reasons why this writer believes the preponderance of the evidence is against Jesus having made an intoxicating beverage.

There is a sense in which God himself turns water into wine year after year in vineyards everywhere around the world. The rains fall from the heavens, the roots take in the moisture, the sunshine, and process the elements. Slowly comes the bloom on the branches, the grapes then form and ripen. In the miracle at Cana, Jesus simply sped up the process.

Fermentation, however, is something that comes about via decomposition. It makes no sense that Jesus would create something pure and at the peak of perfection and then drive it rapidly through the course of fermentation. It's true he could have done it, but why would he do such a thing? The miracle was meant to show the glory of Christ's person. Making what would have amounted to 120 gallons of a dangerous drug, while giving no restriction for its use, certainly isn't consistent with a manifestation of his magnificence. It makes no sense and runs counter to Christ's spotless integrity to purposely corrupt what was natural and healthy for a recreational mind-altering substance.

The concept itself defames the very character of Jesus and puts him in violation of the spirit, if not the letter of the law of God, which reads, "Woe to him who gives drink to his neighbors, pouring it from the wineskin till they are drunk, so that he can gaze on their naked bodies. You will be filled with shame instead of glory" (Hab. 2:15, 16).

With something of a modern parallel, David Brumbelow in his book, Ancient Wine and the Bible, states the scenario Jesus would have never created at the wedding in Cana:

"You can be assured that as the guest returned home they were not guilty of drunk walking, drunk donkey riding, or drunk chariot racing. No drunk men went home that day and beat their wives and children." [2]

Moreover, if one was to assume Jesus drank such wine in participation with the wedding guests, as some have argued, then that act in itself would have violated Proverbs 31:4-5, which reads, "It is not for kings, O Lemuel – not for kings to drink wine, not for rulers to crave beer, lest they drink and forget what the law decrees, and deprive all the oppressed of their rights." Is not Christ the King of kings? Is it reasonable to think the very Son of God would take into his body a recreational intoxicant, risk falling into sin, and endanger the great mission of the redemption of mankind? Banish the thought!

Moreover, it should also be noted that Jesus' first miracle – the turning of the water into wine – was a sign of the new covenant God was making. The writer of Hebrews explains, "For this reason Christ is the mediator of a new covenant, that those who are called may receive the promised eternal inheritance – now that he has died as a ransom to set them free from the sins committed under the first covenant" (Heb. 9:15). It besmirches the fresh, sweet, stainless, incorruptible nature of the new covenant that Christ brings with a beverage of fermentation. The word "ferment" itself means agitation, unrest, commotion, tumult, turmoil and mayhem. These are all matters the new covenant in Christ remedies, erases, and corrects in life. If the miracle of turning water into wine was the creation of a beverage inflamed with alcohol, then these negative associations would seem to tarnish the purity of that holy covenant.

This author understands many fine, even devout Christian, people disagree with the argument that the wine Jesus miraculously provided at Cana was not fermented or intoxicating. But there is nothing in John's account or the Bible's teachings as a whole, where one may conclusively show an endorsement for the recreational use of alcoholic beverages. Hardly! Orin B. Whitmore has eloquently summarized the matter, saying:

"Is all wine 'a mocker'? [Proverbs 20:1] Then it was a 'a mocker' that Jesus made for the guest at the wedding feast in Cana, and 'a mocker' which Jesus introduced to his disciples at the Passover table, and bade them to drink. Does all wine 'bite like a serpent' and 'sting like an adder'? [Proverbs 23:32] Then Jesus made wine for the guests at Cana with the 'bite of a serpent' and the 'sting of an adder' in it. Do you believe it? No, a thousand times no! Did Jesus give to His disciples a cup in which were the 'bite of a serpent and the sting of an adder,' and tell them that cup contained that which represented his blood, His life-giving blood – shed for the remission of their sins? Do you believe it? No…" [3]

According to the World Health Organization, alcohol today is responsible for nearly 4% of deaths worldwide, more than AIDS, tuberculosis, or violence. [4] In the United States, its abuse is the third leading cause of preventable death and precipitates an economic drain on the nation's resources of approximately $223.5 billion annually. [5] This doesn't even account for the costs of heartache that it endlessly brings to millions and millions of people.

If one believes the wine Jesus miraculously made at Cana was intoxicating in nature, much like those of today, then the burden of proof lies with those who believe this to decisively demonstrate it in the text, as well as explain why it seems to find no support in the entire context of Scripture. Furthermore, they must effectively answer the question of why Jesus would create and encourage the use of a hazardous and deadly drug.

For this writer, effectively addressing these assertions from Scripture is about as provable as saying the Bible endorses drunkenness because it instructs the person who sins to be stoned. The preponderance of the evidence just can't sustain such claims and makes them somewhat laughable.


Wine Recipes

A wine recipe can be nothing more than a basic guide to making wine. This is due to the variables that occur in the composition of a specific fruit when grown under varying climatic, soil, and seasonal conditions. Generally, hot, dry weather will produce more sugar in a fruit, while cool, damp weather tends to increase the acidity. In addition, the degree of fruit maturity affects its sugar-acid ration, riper fruit being higher in sugar content and green fruit being more acidic. These are some of the factors that must be considered in formulating an acceptable wine recipe.

Some selected fruit recipes which will make both dry and sweet wines follow. For consistent results in making good quality dry wines, a hydrometer should be used to measure critical sugar needs much more sugar than the critical amount will produce a sweet wine. To prevent bacterial spoilage, wines must have 11 percent alcohol content. If a sweet wine is desired, a simple method for determining sweetness is to taste the wine when fermentation stops then add enough sugar syrup to make the wine as sweet as desired prior to racking.


Voir la vidéo: Jeesus muuttaa veden viiniksi Joh. 2:6-9 Topi Knihtilä